Le choix du passe-partout est important car couleur, tonalité et dimensions influent sur la façon dont l'oeil se pose sur une composition...

Un passe-partout est une simple feuille de carton mince dans lequel une ouverture a été découpée en biseau et que l'on place sur le sujet à encadrer. Le biseau permet d'exposer la tranche blanche (parfois noire) du carton, contrastant fortement quand le papier de surface est coloré. Le biseau blanc souligne l'ouverture et crée une mise en profondeur du sujet. Le passe-partout est utile pour cadrer le sujet, surtout si les bords sont irréguliers. Le passe-partout est aussi un élément essentiel quand on présente une oeuvre car il empêche le contact direct de l'oeuvre avec le verre du cadre (c'est particulièrement utile avec les pastels et les photos couleurs brillantes) et offre un espace de "respiration" à travers lequel on peut ainsi mieux admirer le sujet.

La couleur

Le noir, le blanc ou le blanc cassé sont fréquemment retenus pour leur neutralité : ils mettent l'accent sur le sujet lui-même. Cependant, on peut aussi opter pour un passe-partout subtil, avec un filet qui reprend une couleur peu utilisée dans l'oeuvre : ce choix donne souvent vie à l'oeuvre, et une allure traditionnelle et élégante.

A l'inverse, un passe-partout reprenant la couleur principale de l'oeuvre produira un effet harmonieux s'il ne domine pas l'oeuvre. En général, on marie tons chauds avec tons chauds et tons froids avec tons froids, mais dans certains cas, les contrastes donnent également de bons résultats.

On peut utiliser un passe-partout, constitué de deux cartons superposés aux couleurs contrastées, avec chacun une fenêtre dont l'une est plus large que l'autre et déborde sur un ou un demi-centimètre en bordure du dessin. Bien entendu, le choix doit aussi se faire en fonction de l'endroit où sera accroché le tableau.

Une image aux couleurs claires sera améliorée par un passe-partout sombre et vice-versa.

La dimension

Pour qu'une oeuvre ne soit pas à l'étroit, le passe-partout doit être plus grand d'une dizaine de centimètres que la taille du sujet à encadrer. Pour compenser l'illusion d'optique qui survient lorsqu'un sujet est placé sous un passe-partout pourvu de marges égales, on élargit la marge du bas de 6 à 8 mm, selon la taille de l'oeuvre encadrée. La fenêtre découpée a souvent des bords biseautés, ce qui évite que des ombres ne tombent sur l'image, et conduit le regard vers l'oeuvre.